« Des techniques pour croire », Archives de sciences sociales des religions, 187

Le trigramme introduit par Bernardin de Sienne dans ses sermons en 1418, un phonographe au cœur d’un rituel abakua afro-cubain à Philadelphie en 1908, une horloge à pendule apportée dans la première colonie pénale australienne en 1788, une photographie retrouvée dans le dossier judiciaire d’un « sorcier » afro-brésilien accusé de pratiquer des rites de possession en 1871 Rio de Janeiro : quatre objets parmi d’autres, sans rapport apparent entre eux mais qui servent tous de supports techniques à la production d’une croyance.
Entre mise en scène et performance, le dossier « Des techniques pour croire » explore le postulat selon lequel croire et faire croire sont d’abord des opérations matérielles, physiques, indissociables de dispositifs techniques dont l’efficacité n’est pas donnée a priori mais dépend du contexte de leur interprétation, de leurs usages et de leurs éventuelles réappropriations. Ces dispositifs sont ici analysés à la rencontre entre l’anthropologie, les Science and Technology Studies et l’histoire religieuse.

Éditeur : Archives de sciences sociales des religions